* Si le nom de Delphine fait référence aux Dolphins, l'équipe de football de Miami, celui de "Mon amie Del" fait écho à un célèbre restaurant de Chicago: mon ami Gabi.

 

* L'onomastique joue souvent un rôle prépondérant dans les romans: ainsi dans Douceurs assassines, les noms propres de l'entourage de la petite fille assassinée évoquent la nourriture: Williams (la poire), Baker (boulanger en anglais), Cookson (cook, le cuisinier), Cathcart (qui phonétiquement renvoie au quatre-quarts).

 

* Les recettes lorraines présentes dans les 12 crimes de Noel étaient à la base supposées être appréhendées comme des clins d'oeil remplaçant les têtes de chapitre. Devant l'engouement des lecteurs, les recettes pâtissières de Douceurs assassines ont été concoctées par une véritable cuisinière.

 

* Les deux citations en exergue des Dessert de l'assassin (Keats et Mrs Beeton) sont supposées amener le lecteur à appréhender la clé de l'énigme. Quant à Helmut, l'ours en peluche de Delphine mentionné à la fin de l'ouvrage, il existe bel et bien.

 

* La petite bourgade de Ferville, dans la Cuisine de l'Enfer, aurait pu exister car elle se fonde sur un fait historique: au XIX° siècle, des Lorrains ont vraiment émigré en Amérique pour fuir une épidémie de choléra. C'est dans cette optique que nombre de prénoms et de noms de personnages adoptent une consonance volontairement francophone. Isia, le chien en peluche de Janine, est une référence personnelle de l'auteur.

 

* Les élixirs messins, qui s'appelaient à l'origine le Boucher de Metz, ont été écrits pour réconcilier l'auteur avec le genre historico-policier, celui-ci privilégiant souvent l'aspect historique au détriment de l'aspect policier. L'énigme a donc été construite avant le contexte. Il est totalement volontaire de la part de l'auteur de ne faire "parler" aucun personnage historique. Les recettes sont pour la plupart des adaptations de recettes de deux ouvrages célèbres de l'époque, le Cuisinier royal et le Confiturier royal. Quant à la symbolique des aliments présents dans la nature morte qui sert d'illustration à la couverture, elle donne de précieux indices sur la nature de l'un des deux élixirs évoqués (que l'auteur n'a pas cru bon à ce jour de devoir tester...)

 

* L'énigme de la tarte au citron meringuée et les glaces Duncan et Jeremy sont un évident pastiche des glaces Ben & Jerry's. Les deux romans auxquels Bryan fait allusion sont The Scarab Murder Case de SS Van Dine (pour la broche en scarabée) et The Arabian Nights Murder de John Dickson Carr (pour le livre de cuisine).